Changement climatique, demain on enlève le pull ?

Manger à l'extérieur au mois de Février en chemisette, faire pousser du blé en Sibérie et des bananes à Frouzins, naviguer au pôle Nord tout l'été, le changement climatique serait-il l'annonce de merveilleuses opportunités ?

Au cours des différents âges géologiques, il y a eu de très nombreux changements climatiques, c'est indéniable. Le dernier changement important date de 20 000 ans. A cette époque, il faisait 5°C en moyenne sur le globe. Et les conditions climatiques en Europe étaient très différentes : un écosystème similaire au nord de la Sibérie actuelle, une calotte de glace de 3 km d'épaisseur sur toute la Scandinavie, des traits de côtes complètement différents.

Le climat de l'époque a évolué jusqu'au climat que nous connaissons actuellement sur une période de 10 000 ans. Les scientifiques qui étudient le climat, nous disent que le changement climatique actuel tend vers une modification de 3°C à 7°C de plus à la fin du XXIème siècle si nous continuons à émettre des Gaz à Effet de Serres (GES) au même rythme qu'actuellement.

Les activités humaines ont déjà augmenté de 1,1°C la température moyenne globale de la Terre en 150 ans...

Aussi contre-intuitif que cela puisse paraître, l'idée, qu'avec 5°C d’augmentation globale de la température,il suffira d'enlever un pull pour s'adapter au changement climatique est complètement fausse.

Ceci dit, nous devons prendre en considération trois autres points cruciaux:

  1. Le système climatique est un système complexe avec une grande inertie. Cela signifie que quelque soit l’action que nous entreprenons aujourd’hui (augmentation ou diminution des émissions de GES), l’impact ne sera perceptible que des années voire des décennies plus tard. Les scientifiques disent que l’orientation du changement climatique est verrouillée pour les 10 ou 20 prochaines années.
  2. La volonté d’influencer les changements climatiques devrait exister à TOUS les échelons de notre société : individuel, local (municipal, départemental, régional), national et international mais aussi dans toutes les entreprises. A ce jour, ce n'est pas encore le cas.
  3. Force est de constater que la transition énergétique nécessaire n'a pas vraiment débuté à l'échelle mondiale.

Au niveau local, de ces trois considérations, nous tirons 2 axes principaux d’actions pour la future équipe municipale :

  • Nous engagerons tous les moyens à notre disposition pour que la commune de Frouzins et l’intercommunalité du Muretain Agglo soient très performantes en matière de réduction des GES et ce, grâce à un travail en collaboration avec toute la population. Ce sont notamment les actions pour maîtriser les consommations d'énergies (sobriété et efficacité), les actions de lutte contre la précarité énergétique et le développement des énergies renouvelables. En particulier, tous les projets de la commune seront analysés pour évaluer leur impact sur le climat.
  • Conscients qu’un changement climatique est déjà acté, nous mettrons en place une politique d’adaptation et de résilience à ce changement.

Pour cela, nous favoriserons la végétalisation de la ville, par exemple par la plantation de nombreux arbres et de haies (les arbres réduisent les pics de température et absorbent le CO2). Nous favoriserons les approvisionnements en circuits courts, et notamment l'installation de producteurs maraîchers à Frouzins ou à proximité.

Toute notre politique municipale et intercommunale gardera à l’esprit ces 2 axes fondamentaux.

François, Nathalie, Guy, Céline