L’homme : réduire notre impact sur l’environnement

mercredi 12 mars 2014
par  Martin CAYREL
popularité : 5%

L’activité humaine a de nombreuses conséquences sur l’environnement qui nous entoure. La responsabilité de chacun doit être engagée pour diminuer notre impact sur l’environnement.

Nous souhaitons travailler en suivant plusieurs axes :

1. Une Mairie exemplaire : avant de demander aux citoyens de faire des efforts, la Mairie (conseil municipal et administration) se doit de montrer l’exemple. Nous souhaitons mettre en avant trois domaines :

  • l’énergie : nécessaire maîtrise des consommations (voir article dédié) des bâtiments publics et de la dépense en carburant.
  • la conduite des espaces verts : celle-ci peut se faire d’une manière respectueuse de l’environnement (anticiper l’interdiction des pesticides prévue pour 2020, tontes sélectives, etc.)
  • les déplacements : mettre en place un Plan de Déplacements en Administration (PDA, équivalent d’un PDE pour les Entreprises) afin de limiter l’impact sur l’environnement des déplacements des agents de la mairie, notamment en promouvant l’écomobilité de ces agents.

2. Déchets : la collecte et le traitement des déchets sont une charge importante pour la collectivité, et une source de pollution potentiellement importante. A Frouzins, c’est une compétence qui est déléguée au SIVOM de la Saudrune, ce qui ne signifie pas que Frouzins ne pèse pas sur les choix de cet organisme. Evolution de la loi, idées expérimentées ailleurs, plusieurs pistes sont à explorer, dans le but général de diminuer la quantité de déchets non valorisables.

  • la tarification incitative : il s’agit d’appliquer le principe du pollueur/payeur aux ménages : plus vous mettez des déchets dans votre poubelle verte (déchets non recyclables), plus vous payez de redevance. Sur ce point, la loi va être contraignante sous peu : les lois du Grenelle de l’Environnement obligent les collectivités à mettre en place une part de tarification incitative à partir de 2015. Bien qu’observateurs avertis des projets de nos collectivités locales, nous ignorons tout de la manière dont le SIVOM compte procéder. Cette idée de tarification incitative peut effrayer, cela dit nos recherches semblent indiquer que cela fonctionne bien dans d’autres collectivités à la pointe de l’innovation et de l’anticipation. D’après l’expérience de ces collectivités, il semble que la meilleure solution soit de faire payer une part fixe aux ménages correspondant à un nombre donné de levées de poubelle par an (la verte uniquement, la jaune - recyclable n’étant pas concernée), et de faire payer une part modulable en fonction du nombre de levées supplémentaires effectuées. L’ensemble remplacerait bien évidemment la Taxe d’Enlèvement des Ordures Ménagères. Si vous souhaitez en savoir plus sur ce thème, nous vous invitons à visiter le site de la Communauté de Commune du Pilar Rodhanien (fonctionnement, bacs, verrous, habitat collectif, détail de facturation, etc.). Plus près de chez nous, le SICOVAL a également mis en place la tarification incitative, voici leur guide. Comme vous pourrez le voir, une telle initiative doit nécessairement être accompagnée d’un campagne de communication/explication, pour que les citoyens en comprennent les enjeux, et adoptent ce nouveau système.
  • réduction des déchets verts : une initiative intéressante qui vise également à réduire la quantité de déchets verts à enlever chez les particuliers et en déchetterie, puis à traiter : Il s’agit d’une offre de broyage des végétaux à domicile. Sur rendez-vous, une équipe technique se déplace avec le matériel pour convertir vos branchages (ou autres) en broyat, que vous pouvez ensuite composter, ou utiliser en paillage pour votre jardin. Ce contact des citoyens avec des techniciens a par ailleurs l’avantage de permettre une sensibilisation des citoyens aux bonnes pratiques en terme d’usage de produits phytosanitaires, engrais chimiques, économie d’eau, etc. Elle est complémentaire avec l’offre faite par le SIVOM de la Saudrune aux citoyens des communes adhérentes d’acquérir des composteurs à tarif peu élevé. Le SICOVAL mène une telle action depuis plusieurs années, l’intervention des techniciens est gratuite, financée par la redevance (de l’ordre de 3€ par foyer).

3. Education à l’environnement.
Les comportement eco-responsables sont une affaire d’éducation, et une municipalité doit impulser des initiatives visant à sensibiliser les jeunes et les moins jeunes aux enjeux liés à l’environnement.
Des pistes sont à explorer :

  • organiser des journées d’information à thème
  • tenir des stands / environnement lors des événements municipaux (foire artisanale, fête locale, etc. )
  • rappeler la législation concernant l’élimination des déchets.

4. Transport : voir Transport


Commentaires

Navigation